vendredi 16 décembre 2022

De Morte-Naissance (9)

Plus s’éparpille la voix qui siège à l'ultime

Plus le tissu se déchire, voiles gonflées de béance

J’atteins ce que j’ignore dans la fuite

De ce qui échappe

ce pays qui ne vit que d’absence

 

 Et au-delà de ce qui se retire

Je m’adosse au pied de l’être

Dans l’abandon de ce qui...

 

Seulement dans le chœur des mots.


mercredi 14 décembre 2022

De Morte-Naissance (8)

De rivages en rivages, la barque s’épuise

J’écope l’eau de la grande inassouvie

Où donc à nouveau, l'île souveraine, 

de la main ligneuse,  fleurira-t-elle ?


Restera-t-il encore un terrain sec, une terre vide

Repue où se consacrent les aulnes avant de mourir?

 

Ou suivre la fugue des vapeurs

Couronnant l’infortune prospère de leur lignage

 

Les alluvions restent sourdes

en partie cause perdue en partie espérance du  soir

que faire d’un humus fertile qui ne peut rompre le pain

que faire si je savais l’obscurité étale

 

lorsque de la nuit s’éprend le mendiant


mardi 6 décembre 2022

De Morte-Naissance (7)

Parmi ce qui en nous s’éveille

Cet effleurement inconnu et instable

Choisir ce qui déchoit et s’altère

Ce qui abaisse plutôt que ce qui grandit

 

Suivre le cours des fumées captives

Celles qui se nourrissent de tes famines honteuses

Dans l’abîme intime de tes murailles

 

J’aspire à l’aguet distrait de la seiche

A la douceur de son encre

Qui montre en la cachant

La mémoire des sédiments


dimanche 4 décembre 2022

De Morte-Naissance (6)

C’étaient sur la route

Un soir de deuils noueux...

 

Une butée sans signes

Un pays d’écueils et de fanges

Dépitait  la main indigente

En alarmant un cœur sans rimes

 

C’était l’infraction du commun

Le creux de l’heure ravinée

 

Au moment de  haute lice

S’acharne le dévot de l’amble futile


samedi 3 décembre 2022

De Morte-Naissance (5)

Sauver ce qu’il me faut perdre

 

L’insomnie a le goût de l’éveil

Et au tranchoir de minuit

La limpidité de la hulotte

 

J’attends la cautère du glas

Quand ses échos croisent

Le regard où se ferme l’enfance

 

A morte-naissance

se cabrent sous le masque

le consentement et le refus


vendredi 2 décembre 2022

De Morte - Naissance (4)

C’est le zèle de la parole

de quitter d’un coup d’aile

le nid où rien ne repose

 

Le vent songeur supporte ses élytres

Et parmi les prières souffrantes

dénoue nos bras, élargit nos mains

 

à l’orée du lieu où les voiles éclosent

 

Dans le vide vertical

Les étoiles ne sont proches

que lorsqu’on les quitte

 

Assiéger les remparts du bord


jeudi 1 décembre 2022

De Moret-Naissance (3)

 

De ces aurores pâles, l’essaim peut-être...

Le jour peine  à faire voir

la foulée en instance

où chaque borne est un pas

lorsque de la vendange nait le pampre

 

C’est à la brune

toujours

que le cueilleur se lève du fruit.


mercredi 30 novembre 2022

De Morte-Naissance (2)

Fertiles ces voix  au revers du silence,

La main fouille ce viatique secret

Mais le cœur s’acharne et le pertuis échappe

 

L ‘alouette s’élance dans un été contraint

au cœur des semailles, le gel frissonne et attire

 

S’immoler au givre ardent de l’amante patiente


mardi 29 novembre 2022

De Morte-Naissance (1)

Le conte du serin suffirait

Lorsque la tasse se vide

Et qu’aux carreaux l’ombre se fige

 

C’est à l’heure des partances sans retour

 

Que l’homme se lève

Et qu’à hauteur d’âge

Il entaille le vent

 

C’est souche d’estoc

Le pendule et son branle

Oublieux

 

De l’argile des jours

 


dimanche 13 novembre 2022

Sources d'aval (5)

En ces soirs brûlants

les racines aux cimes rompues

boivent le vin crépusculaire

 

seule

la langue du vigneron

s’assèche à la forêt calcaire

 

loin de la grappe

la main qui la cueille