mercredi 27 avril 2016

Aux Seuils d'absences (7)


Ce sont des continents de temps
Naviguant sur des mers australes
Ecumes crues, algues mouvantes
Courant dans l'infini de ma paume
Où le sable revient et chantonne
Emportant les étoiles sans nombre
Comme une fumée étirée
Dans une parenthèse de vents
Sur les rivages allant et venant
Sur les rivages qui surplombent les ans

2 commentaires:

  1. Mais oui, nous sommes embarqués sur des "continents de temps", il n'y a rien d'autre, sinon les mots pour le dire...
    Beau poème.

    RépondreSupprimer