mardi 7 juin 2016

Aux Seuils d'absence (8)




                            C'est ici ton temps seul
                            Ton temps nu, voix et source
                            Plus dépouillé que mort
                            Une misère vive
                            Qu'écoutent tous les murs
                            Qui joignent les déserts
                            Asile de tout havre
                            La Grande Île affligée
                            Ceinte des mers lointaines
                            Embrasse ses berges ivres
                            Et les morts où elles couchent.



(le dessin, c'est Biniam, mon fils, 11 ans)

4 commentaires:

  1. Très mûr, et étrange et réussi, ce dessin. Comme un oeil qui verrait au-delà de ce qu'il y a à voir, à l'instar du poète... "La Grande Île affligée" m'entraîne très loin...

    RépondreSupprimer
  2. "comme un œil qui verrait au-delà de ce qu'il y a à voir..."
    Comme une présence invisible parmi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous-même, invisible anonyme parmi....

      Supprimer