vendredi 14 octobre 2016

Aux Seuils d'Absence (15)

Sous la voûte, une vigne éclaire son matin ; sa grappe attend
Dans l'obscure gargouille le visage qui l'emprunte.
Là voici grimaçante comme une ténèbre joyeuse
Danser encore sous la pierre courbe.
C'est une main d'enfant qui sort de sa bouche
Une parole manuscrite qui gave de troubles
Les chemins où se scellent les pas

Parmi les aubes brisées, à la surface des rêves dépeuplés
La langue a ramassé la mer ; et dans la main des vieillards
Un coquillage qu'embrassent les Dieux introuvables.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire