dimanche 15 janvier 2017

Les intitrés (4)


J'approcherai de la nuit pâle
Aux dernières heures sanguines
Elle avancera dans un râle
Son manteau d'ombres et de ruines

C'est le grand passage du soir
Le porche perché du pinson 
Puis le teint du vent dans le noir
Lève la cendre des saisons

Les siècles jettent leur semaille 
Démente, au diable et à vau l'eau
Vain, ce temps cherche son bercail
Aux sources vives des ruisseaux

4 commentaires:

  1. Superbe, en si peu de mots, cet ample mouvement du Temps... Et pas seulement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci M. superbe je ne sais pas, mais les octosyllabes sont vraiment contraignantes (sans parler des rimes.. où on peut être vite grotesque).

      Supprimer
  2. Entièrement d' accord avec MF, même si j' aimais aussi beaucoup l' oeil annelé de la première version..
    ( il est vrai que les ruisseaux font aussi des ronds autour de l' iris :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors "Tes yeux où dansent les anneaux"...Au choix -)

      Supprimer