vendredi 13 janvier 2017

Les Intitrés (3)


à George Best

De ma bouche nulle marée
Point de feuilles ni de rivières
Ailes obscures sans lumière
Dans une nuit accumulée

Derrière, tout près, sous ce vide
Où succombent des fleurs de mer
Dans ces prairies  sans bruyère
Les murmures d'un lent acide

Pourtant l'air est là, tout entier
Dans ce linceul où dort le monde
Cette terre morte et féconde
Aimée des âmes des noyés





7 commentaires:

  1. George Best..
    Les Intitrés, plus encore !
    :)

    RépondreSupprimer
  2. Un poète de la trempe de Roger Claessens, joueurs d'exception du Standard C.L., poésie de l'avant-centre... Citation de Best :" je sais avoir dépensé 90% de mon salaire en boissons, filles et bagnoles. Le reste, je l'ai gaspillé"..Une autre ? "J'avais une maison au bord de la mer. Mais pour aller à la plage, il fallait passer devant un bar. Je n'ai jamais vu la mer"
    J'aime.

    RépondreSupprimer
  3. "je suis né avec un talent pour lequel d'autres auraient été prêts à mourir" G.Best

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce nouveau trait d'esprit de Georgie, Anonyme..Et quel nom aussi ..Best...Lors de sa rentrée définitive au vestiaire, une des couronnes funèbres portaient l'inscription suivante : "Maradona Good, Pelé better, george BEST" -)) ...

      Supprimer
  4. Un peu sonnée par le poème, j'ai cherché, moi aussi, une citation. Alors sans chichi : "T'es un putain d'Irlandais poète alcoolo" in "Le dernier stade de la soif".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De famille protestante qui plus est....(je ne connais pas le "dernier stade de la soif"...

      Allez une dernière ....ESQUIRE MAGAZINE : « SI VOUS POUVIEZ REVENIR EN ARRIÈRE, Y A-T-IL QUELQUE CHOSE QUE VOUS AIMERIEZ CHANGER DANS VOTRE VIE? »
      – BEST : « OUI, J’AI TIRÉ UN PENALTY CONTRE CHELSEA EN 1971 ET PETER BONETTI L’A ARRÊTÉ. J’AURAIS DÛ CHOISIR L’AUTRE CÔTÉ. »

      Supprimer
    2. Joli!
      Voici un passage de la quatrième de couverture "De l'ivrogne au poète, du loser au rescapé (loser en italique), il (Frederick Exley) signe une épopée titubante et féroce..."
      "Stade" est à prendre dans les deux sens.

      Supprimer