mercredi 15 mars 2017

Intitrés (11)



Un météore a pris voix
Des paroles en gerbe
Au milieu d'une clairière caduque
Vieille, dure et noire
Les chaires muettes
D'un corps qui se vomit

Je me suis levé
Comme un matin mourant
La terre sèche lapant 
D'une langue avide
La chaux crue
Qui assassine les clartés

Pour finir 
Sous une pluie grossière
J'ai planté des oignons de nuit
Parmi mes obscurités de sel

Pour finir encore
J'ai poli des bizarreries
Au fond du refuge
Bâti au plus loin de moi.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire