vendredi 30 juin 2017

Quatrains (47)

Les fleuves sont silence de cendres et de sang
Rouge sang qui s'efface absorbé par les rives
La pourpre de l'amont qui refuse l'aval
Etoffe ruinée sous les plaintes d'automne

2 commentaires:

  1. "Les fleuves sont silence"
    et les rues murmurent toujours...
    Axelle Red Rouge Ardent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Et les rues murmurent encore ton nom", lis-je... plutôt que "toujours", Anonyme

      Supprimer