lundi 6 novembre 2017

Anecdotes de l'archipel (7)



L'Anecdote de la jeunesse

J’ai vécu seulement
A la racine de ma destinée
Méprisant la vie que je vivais
Pour celle de demain
De l’heure suivante
De la seconde qui passe

J’ai blessé l’amour
Manqué les parfums du jour
Pour la maturité des ombres
Qui sur l’autre rive
Ne sont qu’ombres sur ombres

J’ai manqué et blessé
Aspiré par un ciel veuf
Qui occulta vite
Les petites chambres fleuries
Où j’ai avalé ma jeunesse

Fallait-il à ce point
Ne pas vivre
Pour qu’un jour
Des mots inutiles et vains
Flottent comme des tourbillons
Dans le vent

Mourir d’abord, vivre ensuite
Comme une figurine
Qu’animent les jeux 
De l’enfance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire