lundi 6 novembre 2017

Hors service (1)

Un jour, lequel ou quoi...
Des formes silencieuses et mouvantes, présences ralenties, flottent ou rampent sous mon front ; elles s’arrêtent un moment, déposent leur regard lointain et s’avancent, pieds nus, vers la couche où je repose. Puis elles s’écoulent, dans une cascade de lueurs qui scintillent et pâlissent tour à tour, sans un bruit, le long de mon corps, en une série de lignes qui s’entremêlent, se séparent et s’entremêlent encore.
Ce sont alors des cristaux d’étoiles, tourbillons d’éclats qui se demandent où a été ma vie…Passe, passe ma vie…et dans ma poitrine de petits insectes malodorants qui agacent leur gencive en me dévorant doucement, tranquillement, comme de petits gourmets caparaçonnés qui creusent des palais acides pour y cacher leur coque morte. 
Tout ce qui est moi croupit en moi comme une carie infectieuse dans une mare insalubre et rien n’y fait, l’exhalaison des réminiscences contagieuses empeste le lit d’où je regarde un plafond s’ouvrir sur un autre plafond puis encore un autre plafond d’où pendent les yeux incendiaires de mes enfances, de mes enfances rêvées, toujours implacables, qui dictent de leurs souvenirs propres  leurs insatiables mensonges.
Il n’y a pas de portes dans cette chambre close ni de fenêtres, seulement la forme d’un cube parfait qui dort en moi et où je m’étends à côté du visage de ma mère qui s’inquiète de savoir où elle a mis ses valises et sur quel quai prendre le train qui la trainera hors de la vie. Et d’autres souvenirs qui s’adressent à moi, voix criardes aux couleurs vides, et qui me reprochent d’être là, à respirer les murs humides de cette pièce étroite et fermée aux mille visages, des souvenirs qui se moquent, se rient et me convoquent sous le grand chapiteau où mon moi s’est fardé, a mis son nez rouge devant la foule compacte et intéressée d’autres moi-même aux mines semblables.
Un jour, mais quand ? un fouet a cinglé sous mon crâne et j’ai vu des gens nus sortir les lames hurlantes de la dernière seconde.
Un fouet a cinglé mon esprit mais je ne sais qui.
Et je ne sais pourquoi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire