mardi 3 avril 2018

Chute (1)

Elles vinrent ces flammes innocentes
En ces jours domestiques, aveugles et somnolents
portées par un fatal été
soudoyer ta conscience
et de tes rêves élever des images et des morts

comme un poison posé sur tes lèvres
une racine mortelle sous la langue
brûlant tes jardins bientôt en cendres
Elles passèrent, ces flammes ignorantes
remplir tes plaines d'un suc pâle, puissant et douloureux

Marches-tu encore de cette langue de plaie
la peau arrachée de tes lèvres
avec sous tes pas, le chemin brûlé
où poussent les croix

Marches-tu encore sans dire
cette peau qui s'abrège
et ce sang  qui se fuit

en ces lieux d'abandon
où les ombres s'efforcent.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire