dimanche 8 avril 2018

Chute (2)

Tu naquis liquide, mourus pétrifié.

Sous ta langue le bouillonnement muet
le verbe tu, le deuil accompli

Dans ce pays vide, le silence des filets
recueillit l'écume dissipée 
qui parlait dans tes rides

Tu écrivis des lettres de poussière
dans ces chemins de campagne
ces sentes de sommeil 
Ce monde sans fruit 
à l'ombre des vergers fleuris

lorsque les cieux se voilent
lorsque se brise la nuit

Tu fus source de pierre au milieu des flots
l'attente pâle où tu te figeas.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire