mercredi 30 mai 2018

Cité (3)

Le crépuscule, sur la ville, me donna son nom, rouge encore, la cicatrice trop nouvelle pour en sentir déjà le sentier blême courir sous l'ombre des vents. Mes yeux allumèrent des lanternes de nuit qui n'éclairaient que le jour, et le rivage las des faubourgs se gorgea d'une eau brûlante par dessus les ronces. Je marchais à travers le cortège des rues, aveugle, nu, indifférent aux pas qui me menaient aux vertiges des sultanes apocryphes. Sous des orages électriques, ma boue s'exaltait en une statuaire mouvante et trompeuse. De vagues comètes me suivaient, sortant des avaloirs d'un hiver éternel ; éteintes et noires, gorgées de chairs factices, elles montaient, mobiles, grimaçantes et sanglantes, le long des nerfs de la cité pour emporter le chant des réprouvés. Et devant, et derrière, le son des cascades d'argent, d'or et de nuit remplissaient les grands boulevards des heures de leur ennui synthétique.
C'était une prière où je vivais, une prière de briques et de métal, un appel aux sommeils ardents de la terre morte. Et sous la rampe des ponts, des hordes de mendiants se dressaient seulement lorsque s’élevaient les moissons d’Éden.

vendredi 25 mai 2018

Cité (2)

Sous les dômes, arcs tendus, en plein cintre rompu, accouplés dans l'acier bleui, puis des roues de géants, ogives brûlantes du fanatisme industrieux, des passerelles ardentes par dessus des fleuves de nickel, fusions d'angles écarlates aux géométries obtuses, candélabres électriques derrière des vitres brutes et froides, enchâssées dans des rais de lumières crues...On y consomme la nuit, fixée sur des écrans mats, lorsque s'éveillent, sous des artifices d'or, les somnambules du chiffre  zélé, absorbés par l'impatience et le temps. C'est la rengaine de la cité, la mélodie aux mille croches, que des enfants édentés donnent pour baiser à leurs amantes de soufre, la chanson morte que sifflent les peuples d'aujourd'hui. Au milieu de cette mer  de boue, je suspends dans la brise cette voix de matin qui s'abreuve des formes, cette voix des livides d'où s'élèvent les banlieues. Les avenues ouvrent sur des cachots aveugles, offerts par des mages anciens, vêtus d'espace et de vide. Les murailles fleurissent dans un printemps perpétuel achetées au prix ultime des ronces qui envenime l'haleine. Plus haut, des oiseaux mécaniques arrachent de leur bec la dernière tranche de ce qui reste du jour, la lueur fade des traces diaphanes où vécut ce qui se devait de vivre...Dans cette chair évanouie, un ciel aux archives infinies, invisible et nu, s'est couronné de la gloire des cendres. Je vis dans une cité où s'embrassent des diadèmes d'étain, ramassés au hasard des vents dans les champs d'honneur où l'abime se terre, où l'exil se vend.
Dans ces quartiers d'écume, ces routes d'enfance, survolés par les anges,  j'attends  les heures où j'habite le vide, la trame des brumes, la voile de l'énigme.

mercredi 2 mai 2018

Cité

                                             I.

Des nuages gris qui filent sous la lune. Le long de filins accrochés aux façades, de petites ampoules suspendues par dessus les rues, longues et courtes, courbes et droites. Tout le long, des façades basses ou hautes, étroites ou larges qui courent à l'horizon se perdre dans leurs propres lacis où s'enfonce la nuit. Des champs de pavés arrondis, alourdis ou usés par la pluie incessante, brillants et lisses. Le regard porte court, sur une petite lumière de nuit où se glisse une silhouette éphémère, et les maisons qui s'agitent, dansent et rompent leurs cadences dans un bruit où craquent les joints. Le seul est partout, dans ce regard de la cité, les étoiles effacées par le vent et la pluie qui frappent sèchement les toits noirs et rouges. Les rues s'évadent d'elles-mêmes, emportant au loin une voiture qui passe, aux formes rondes et aux phares jaunes qui brisent l'obscur en embrasant le silence. Au delà des masses sombres enchevêtrées, charbonneuses, de longues tours métalliques ruisselantes de solitude, inactives maintenant, entre ces dômes lourds où vécut la sueur et la soie. En couches successives, plus hautes et plus basses, nouées aux tentacules d'un même destin, ces tours, ces fleurs sombres de l'hiver, penchées au bord d'un canal, loin, plus loin, plus profond que la nuit encore, là où les chants se sont engloutis, dévorés par les sangsues de misère et d'abondance. 

Il pleut maintenant sous la lune une sarabande pleureuse qui enchaine les murs. On voudrait l'aimer. On y étouffe. C'est un drame aux multiples cours, aux  obscurités tristes et sales où meurent sous abri les regards naissants.