mercredi 2 mai 2018

Cité

                                             I.

Des nuages gris qui filent sous la lune. Le long de filins accrochés aux façades, de petites ampoules suspendues par dessus les rues, longues et courtes, courbes et droites. Tout le long, des façades basses ou hautes, étroites ou larges qui courent à l'horizon se perdre dans leurs propres lacis où s'enfonce la nuit. Des champs de pavés arrondis, alourdis ou usés par la pluie incessante, brillants et lisses. Le regard porte court, sur une petite lumière de nuit où se glisse une silhouette éphémère, et les maisons qui s'agitent, dansent et rompent leurs cadences dans un bruit où craquent les joints. Le seul est partout, dans ce regard de la cité, les étoiles effacées par le vent et la pluie qui frappent sèchement les toits noirs et rouges. Les rues s'évadent d'elles-mêmes, emportant au loin une voiture qui passe, aux formes rondes et aux phares jaunes qui brisent l'obscur en embrasant le silence. Au delà des masses sombres enchevêtrées, charbonneuses, de longues tours métalliques ruisselantes de solitude, inactives maintenant, entre ces dômes lourds où vécut la sueur et la soie. En couches successives, plus hautes et plus basses, nouées aux tentacules d'un même destin, ces tours, ces fleurs sombres de l'hiver, penchées au bord d'un canal, loin, plus loin, plus profond que la nuit encore, là où les chants se sont engloutis, dévorés par les sangsues de misère et d'abondance. 

Il pleut maintenant sous la lune une sarabande pleureuse qui enchaine les murs. On voudrait l'aimer. On y étouffe. C'est un drame aux multiples cours, aux  obscurités tristes et sales où meurent sous abri les regards naissants.

3 commentaires:

  1. Je voudrais l'avoir écrit... ou n'en avoir écrit ne serait-ce qu'une ligne...
    Les trois dernières sont magnifiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci M, les trois dernières suffisaient peut-être-))

      Supprimer
  2. Entièrement d'accord avec M..

    RépondreSupprimer