mercredi 5 septembre 2018

Soir (2)

Les ombres qui s'inclinent sont le secret du couchant
C'est l’œuvre obscure qui reconnait son père
Avant de s'effacer dans son absence prochaine
Ce sont les roueries du jour, la pulpe du midi
De croire à l'innocence du ciel :
Le Verbe dans ses signes de lumière
Drapé de ses élancements trompeurs
Dresse ses certitudes dès l'aube 
La nuit le voit moins distingué
Plus humble parmi les fantômes confus
Qui lui dévore les flancs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire